Avis du Conseil scientifique COVID : A court terme, la vaccination est pour l’instant le seul moyen médical de prévention des formes graves et des décès. Il est donc impératif de vacciner le plus rapidement possible une proportion significative des personnes de plus de 65 ans et/ou porteuses de comorbidités de façon à les protéger des formes graves. La réduction du nombre de décès observés est directement liée à la proportion de personnes vaccinées.

L’objectif doit être de vacciner d’ici le printemps 70 % (12 millions de personnes) au moins de cette population de façon à avoir un impact significatif sur les hospitalisations et les décès d’autre part. Si lors de la deuxième vague (1/09/2020 – 04/01/2020), 50% de ces personnes avaient été vaccinées 14 000 décès hospitaliers auraient été observés au lieu des 25 000. Un cas particulier est celui des EHPAD dans lesquels la circulation de variants plus contagieux représente un risque majeur. De ce fait, la vaccination dans ces établissements tant pour les résidents que pour les personnels doit être très fortement recommandée de façon à assurer un niveau de protection suffisante, ce qui nécessite une implication positive forte des soignants.

Le Conseil scientifique insiste donc sur le fait de pouvoir faciliter l’accès à la vaccination aux personnes de plus de 65 ans qui ne peuvent pas se déplacer, s’inscrire sur des listes, les précaires, loin des systèmes de soins, par des systèmes de vaccination à domicile dès que des vaccins plus faciles d’utilisation seront disponibles, type AstraZeneca-Oxford ou peut-être Johnson&Johnson avec une seule injection.

https://appui-sante.bzh/wp-content/uploads/2021/01/avis_conseil_scientifique_12_janvier_2021_actualise_13_janvier_2021.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=K_nGdkfU-VY&t=2s
La PTA et la MAIA se regroupent afin de devenir le DAC.
UNE EQUIPE au service des professionnels
UN GUICHET unique
UN TERRITOIRE
Au service des professionnels et des plus fragiles.

Load More...