COVID-19 : Bulletin d’information de la semaine du 9 au 15 novembre 2020 sur le territoire T6

Une circulation virale en baisse

En France métropolitaine, la semaine 45 semble être marquée par un ralentissement de la circulation du SARS-CoV-2. Plusieurs indicateurs connaissent une légère baisse en semaine 45 (2 au 8 novembre). Le nombre de nouveaux cas confirmés diminue de -14% avec 286 972 nouveaux cas en semaine 45 contre 333 371 en semaine 44. Le taux de positivité est passé de 21,0% à 19,5%, soit une diminution de -1,5 point. Le nombre d’actes SOS Médecins pour suspicion de COVID-19 baisse de 18% (passant de 7 655 à 6269) et le nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 de -3% (14 584 en semaine 45 versus 14 959 en semaine 44).

Une épidémie toujours à un très haut niveau

Malgré ce ralentissement, les indicateurs nationaux se maintiennent à un niveau élevé. Les nouvelles hospitalisations (+14%, 19 940 en semaine 45 versus 17 450 en semaine 44) et les nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19 (+17%, 3 037 en semaine 45 versus 2 605 en semaine 44) poursuivent leur progression avec des niveaux proches de ceux des mois de mars et avril 2020. Le nombre de décès liés à la COVID-19 continue également d’augmenter +29% (3 355 décès en semaine 45 ; 2 605 en semaine 44).

Une hausse des symptômes dépressifs chez les adultes Français

Les résultats de la vague 17 (04-06 novembre) de l’étude CoviPrev, montrent une augmentation significative des troubles dépressifs en comparaison de l’enquête fin septembre (+10 points). Les situations diffèrent selon le vécu de la crise sanitaire (peur, inquiétude, colère et frustration ou encore sentiment de solitude et d’isolement) et selon les contraintes qu’elle fait peser sur chaque individu (notamment en termes de difficultés financières). Ainsi, les hausses les plus importantes ont été observées chez les jeunes (+16 points chez les 18-24 ans et +15 points chez les 25-34 ans), les inactifs (+15 points) et les personnes déclarant une situation financière très difficile (+14 points).

Les médecins généralistes, les professionnels de santé mentale (psychiatres, psychologues) et le monde associatif et l’ensemble des dispositifs d’aide sociale sont des recours essentiels pour répondre à ces personnes en souffrance et réduire les états anxieux générés par cette épidémie.

Pour faciliter l’accès à ces professionnels en cas de besoin, un espace dédié à la santé mentale a été créé sur le site internet de Santé publique France permettant de recenser tous les dispositifs d’aide à distance, classés selon les thématiques (violence, deuil, détresse psychologique, addictions, parentalité…).

(source : santé publique France)